S.O.S Gambettes en détresse!

Soleil en juillet, chaleur en août… Si la météo estivale en réjouit plus d’un, pour d’autres c’est le cauchemar. On estime qu’environ 60 % des adultes souffrent de problèmes circulatoires. Varices, jambes lourdes, rétention d’eau et même phlébite… sont autant de pathologies accentuées par la hausse du mercure. Mais pas de panique, l’aroma a plus d’un tour dans son sac. Partez à la découverte de l’incroyable puissance de ses remèdes.

Les troubles de la circulation sanguine sont de deux ordres : soit ils sont directement liés au cœur (insuffisance cardiaque), soit ce sont les artères et les veines (insuffisance veineuse) qui sont en jeu.

La circulation sanguine est en effet un circuit fermé. Le cœur envoie le sang sous pression dans les artères, à travers tout l’organisme. Les échanges d’oxygène et de nutriments se font alors au niveau des capillaires, de nos vaisseaux sans tonus, puis le retour s’effectue au niveau des veines et des artères. Lorsque la pompe (le cœur) est défaillante, c’est ce qu’on appelle une insuffisance cardiaque. Mais dans cet article, c’est surtout l’insuffisance veineuse qui nous intéresse.

C’est par les veines que le sang, pauvre en oxygène et riche en gaz carbonique, effectue son voyage de retour des organes vers le cœur. Si elles peuvent se dilater de façon importante, elles ne sont cependant pas capables de se contracter. Pour assurer le retour du sang vers le cœur et pour qu’il ne reflue pas vers le bas, les veines possèdent des valvules qu’on retrouve notamment en grande quantité dans les jambes. Lorsque ces valvules se fatiguent, elles ne remplissent plus correctement leur rôle. Des varices et différents troubles peuvent alors apparaître. C’est ce qu’on appelle un mauvais retour veineux.

Vanessa Périnat Bard Pharmacienne formée à l’université de Lausanne et diplômée en aromathérapie de l’école ERA, elle pratique depuis plus de vingt ans en officine. Les huiles essentielles ont pris racine dans sa vie privée, familiale et professionnelle depuis plus de dix‐huit ans et ce n’est que le début d’une grande histoire…

Sa philosophie : « La santé, c’est avant tout prendre soin de soi. »

La maladie des veines fatiguées

L’insuffisance veineuse est ainsi l’équivalent d’un mauvais retour sanguin. Elle entraîne une stase dans les veines. Les symptômes sont variables, mais ils sont plus fréquemment ressentis le soir après une journée debout.

La mauvaise circulation du sang se manifeste au début par une sensation de jambes lourdes, de fourmillements, de démangeaisons ou des crampes nocturnes. Lorsque la stase veineuse augmente encore, du liquide se répand à travers les veines en direction des tissus sous-cutanés, provoquant ainsi des œdèmes et des varices, soit la dilatation anormale de veines situées à la surface des membres inférieurs. Après une longue journée en position assise, l’insuffisance veineuse peut s’annoncer par une sensation de pieds froids qui disparaît aussitôt à la marche ou, au contraire, de jambes lourdes.

Il est important de ne pas sous-estimer une insuffisance veineuse, car à son dernier stade il peut apparaître des ulcérations de la peau appelées eczéma variqueux, qu’il est très difficile de traiter et avec un grand risque d’infection ou encore le risque de phlébite.

Certains facteurs favorisent l’apparition de troubles de la circulation. Parmi eux, on compte : l’âge, l’hérédité, l’obésité, le tabac, la chaleur (bain chaud, hammam, été, etc.), la constipation (à cause des efforts de poussée qui augmentent la pression), la position debout stagnante (métier où les personnes piétinent toute la journée), la contraception œstroprogestative, etc.

Voici quelques pathologies découlant d’une insuffisance veineuse :

1. Les œdèmes : gonflements sous-cutanés causés par une quantité anormale de liquide dans les tissus. Il y a œdème si, lorsqu’on presse avec le pouce durant 30 secondes au niveau des chevilles (ou du bas des jambes) et qu’on relâche, l’empreinte du pouce reste marquée. On utilise alors des huiles essentielles diurétiques qui améliorent la circulation : cyprès (Cupresus sempervirens), genévrier (Juniperus communis), lentisque pistachier (Pistacia lentiscus).

2. Les varices : dilatation permanente des veines avec douleurs et lourdeurs localisées. Les varices forment des protubérances bleutées sous la peau, ressemblant à un réseau routier. Voici quelques huiles qui améliorent la circulation et renforcent les veines : palmarosa (Cymbopogon martinii), bois de Hô (Cinnamomum camphora linalol), patchouli (Pogostemon cablin).

3. Les ulcères variqueux : larges plaies qui se forment dans les zones des varices, le plus souvent sur la partie inférieure de la jambe, au niveau de la malléole interne. Ils se caractérisent par une perte de substance amenant à la formation d’un cratère nécrotique sur la peau. La plaie est généralement suintante et ne parvient pas à cicatriser en raison de la mauvaise circulation sanguine. Il suffit d’un choc, d’un traumatisme ou d’un grattage intensif d’une zone variqueuse pour qu’une plaie se forme. Ce type de complication est très fréquent chez les personnes âgées, lesquelles ont plus de mal à cicatriser. Les huiles essentielles que je recommande sont : ciste (Cistus communis), géranium rosat ou Bourbon (Pelargonium asperum ou graveolens), palmarosa (Cymbopogon martinii).

4. Après 60 ans, attention : phlébites ou thromboses veineuses sont dangereuses. Très fréquentes, elles touchent environ une personne sur mille dans la population. Lorsqu’un caillot de sang vient boucher ou rétrécir le diamètre d’une veine, c’est la thrombose, mais quand le caillot bouche une artère des poumons, c’est l’embolie pulmonaire.

On distingue deux types de thromboses :

● Thrombose veineuse profonde (ou phlébite qui touche les veines profondes) : douleurs, rougeurs et chaleur localisées le plus souvent au niveau de la cuisse et/ou du mollet, œdème localisé ou diffus, température corporelle légèrement élevée (38°C). C’est une urgence vitale, car un fragment du caillot peut se déplacer jusque vers le poumon, l’obstruer et provoquer ainsi une embolie pulmonaire qui peut être mortelle si elle n’est pas traitée à temps.

● Thrombose veineuse superficielle (ou phlébite superficielle qui touche plus particulièrement les membres supérieurs et inférieurs) : douleurs localisées avec ou sans œdème. Même si les complications sont moins graves que la thrombose veineuse profonde, il faut rapidement consulter.

Parmi les facteurs qui favorisent les phlébites, on a bien sûr : l’âge (après 60 ans, le risque augmente de manière drastique), l’immobilisation prolongée (facture d’un membre), l’obésité, le cancer, les voyages en avion, la grossesse, la contraception œstroprogestative, le tabac, les anticoagulants prescrits par votre médecin pour une durée de trois mois minimum jusqu’à un traitement à vie.

Lors de troubles de la circulation sanguine, il est primordial de faire un contrôle chez son médecin afin qu’il pose le diagnostic et qu’il fasse le suivi pour éviter des complications qui peuvent être dramatiques.

En parallèle, il est intéressant d’associer l’aromathérapie, tout en tenant compte des interactions et contre- indications possibles. Très important : il est absolument déconseillé d’utiliser les huiles essentielles lors de traitement aux anticoagulants oraux, car elles peuvent modifier (même à faible dose) le taux de prothrombine (TP) qui évalue la capacité du sang à coaguler. Cela engendrera des temps de saignement allongés qui, en cas extrême, peuvent conduire à une hémorragie, et donc déstabiliser le traitement mis en place par le médecin.

En prévention : « faut que ça bouge » !
Le mouvement est le meilleur moyen de prévenir les problèmes veineux. Les muscles des jambes, s’ils sont développés, compriment les veines et favorisent leur tonus. De même, la marche chasse le sang vers le haut à chaque nouveau pas. Marcher, bouger et respirer correctement sont ainsi des éléments essentiels pour un bon fonctionnement de notre système veineux.

N’oubliez pas : la nature est bien faite. Certains aliments sont de véritables alliés pour la circulation, comme le curcuma qui permet de dilater les vaisseaux, l’ail pour relâcher les muscles des vaisseaux sanguins et augmenter leur diamètre, la grenade et le gingembre pour dilater les vais- seaux, la betterave pour maintenir les vaisseaux sanguins dilatés, les baies rouges pour protéger les parois des artères et maintenir l’élasticité des vaisseaux, les poissons gras pour stimuler la circulation sanguine grâce aux oméga-3. Pensez aussi aux plantes : la vigne rouge, le marron d’Inde, le mélilot sont des préparations riches en avonoïdes qui favorisent la circulation.

Enfn, l’aromathérapeute que je suis ne peut que fortement vous suggérer de ne pas oublier les merveilleux pouvoirs de l’aromathérapie, mais nous y reviendrons.

Voici quelques autres conseils de bon sens :

Porter des bas de contention
Dormir les pieds surélevés
Relancer le retour veineux avec l’exercice suivant : faire rouler pendant 10 minutes, sous ses deux pieds, d’avant en arrière, une bouteille remplie d’eau

Éviter la chaleur (chauffage au sol, bain chaud, hammam et sauna)
Éviter le piétinement

Arrêter de fumer
Perdre du poids (si surpoids ou obésité)
Ne pas porter de vêtements trop serrés
S’hydrater suffisamment

Adopter une alimentation équilibrée
Diminuer sa consommation de sel

Tonifiantes, drainantes et circulatoires, elles soulagent vos jambes

Bon nombre d’huiles essentielles sont très utiles pour soulager certains symptômes de l’insuffisance veineuse, tout particulièrement lors de syndrome de jambes lourdes et d’œdèmes. Elles sont également très intéressantes en prévention des varices et des ulcères variqueux. Elles agissent en diminuant la perméabilité des capillaires et en les renforçant, en augmentant la circulation sanguine par fluidification du sang, ou encore en tonifiant le système lymphatique.

On pourra utiliser les huiles essentielles suivantes en massage avec une synergie à 15 % dans une huile végétale neutre (macadamia, sésame, pépins de raisin, arnica) :

1. Les spécialistes de la paroi veineuse

● L’huile essentielle de cyprès vert (Cupresus sempervirens) : elle est indispensable lors de pathologies circulatoires. C’est une huile puissamment décongestionnante, tonifiante et restructurante veineuse. Le cyprès est utilisé en cas de varices, œdèmes, hémorroïdes et jambes lourdes, lors d’antécédents de cancers hormonodépendants (seins, utérus, testicules…) ou en cas de mastose ou de brome. La voie orale n’est pas conseillée chez la femme allaitante, chez les enfants de moins de 12 ans, les personnes polymédicamentées ou celles qui souffrent d’épilepsie. Contre-indications : grossesse, enfants de moins de 3 ans.

● L’huile essentielle de patchouli (Pogostemon cablin) : au niveau olfactif, elle plaît ou pas. Elle a cependant de nombreuses propriétés thérapeutiques, particulièrement circulatoires. C’est une tonique, décongestionnante veineuse et lymphatique. Elle régénère, cicatrise et tonifie les parois veineuses. Elle fluidifie le sang en inhibant l’agrégation plaquettaire. Elle est également fortement anti-inflammatoire.

Contre-indications : prudence chez la femme enceinte avant 3 mois et chez l’enfant de moins de 3 mois, épilepsie.

● L’huile essentielle de ciste (Cistus ladaniferus) : active la microcirculation et augmente l’élasticité des parois veineuses. Elle est réputée pour ses propriétés cicatrisantes et hémostatiques. Elle tonifie également la musculature lisse des parois des veines et renforce le drainage lymphatique. Contre-indications : prudence chez la femme enceinte avant 3 mois et chez l’enfant de moins de 3 mois, épilepsie, troubles de la coagulation du sang.

● L’huile essentielle de lentisque pistachier (Pistacia lentiscus) est une extraordinaire décongestionnante veineuse et lymphatique. C’est l’huile essentielle des stases veineuses, lors de varices et d’hémorroïdes. Contre-indications : prudence les 5 premiers mois de la grossesse et chez l’enfant de moins de 3 ans, épilepsie, lors de phlébite. Le lentisque pistachier peut remplacer le cyprès chez les personnes atteintes de congestion veineuse et/ou lymphatique, en cas de mastose ou de cancer hormonodépendant.

● L’huile essentielle de romarin 1.8-cinéol (Rosmarinus officinalis 1.8-cinéol) : tonique circulatoire et veineux, il améliore la microcirculation et augmente le flux sanguin dans les stases. Contre-indications : prudence chez la femme enceinte avant 3 mois et chez l’enfant avant 3 mois, épilepsie.

On peut aussi citer le niaouli (favorise le retour veineux), le genévrier (décongestionnant majeur), ou encore la tanaisie annuelle (anti- inflammatoire, phlébotonique).

2. Les toniques (lymphatiques)

● L’huile essentielle de laurier noble (Laurus nobile) est une tonique lymphatique, elle augmente la perfusion et elle est dé brosante artérielle. Les feuilles de laurier noble sont le symbole de la puissance et de la victoire, voilà pourquoi la couronne de Jules César était en feuilles de laurier. Contre-indications : prudence chez la femme enceinte avant 3 mois et chez l’enfant de moins de 3 mois, épilepsie, prudence lors de terrains allergiques.

● L’huile essentielle de petit grain bigarade (Citrus aurantium amara) : tonique lymphatique et spasmolytique, en plus de ses propriétés anxiolytiques et apaisantes. Contre-indications : prudence chez la femme enceinte avant 3 mois et chez l’enfant de moins de 3 mois, épilepsie.

3. Les fluidifiantes sanguines

● L’huile essentielle d’immortelle (Helichrysum italicum) est l’huile essentielle « anti-hématomes » par excellence. Elle diminue la viscosité du sang, le rend aussi plus fluide et ouvre le sphincter précapillaire. Cela permet de le faire circuler plus facile- ment. Contre-indications : prudence chez la

femme enceinte et chez l’enfant de moins de 3 ans, épilepsie, lors de règles abondantes ou chez les personnes sous traitement anti- coagulant.

● L’huile essentielle de lavande vraie (Lavandula verra) : sa richesse en linalol et en acétate de linalyle lui confère des vertus calmantes et antispasmodiques puissantes. Elle calme les troubles cardiaques d’origine nerveuse en lissant les variations de tension artérielle. Elle a également des propriétés légèrement anticoagulantes, cicatrisantes et décongestionnantes. Contre-indications : prudence chez la femme enceinte avant 3 mois et chez l’enfant de moins de 3 mois, épilepsie.

4. Les meilleures diurétiques :

● L’huile essentielle de genévrier (Juniperus communis) : composée principalement de monoterpènes, c’est l’huile essentielle anti-rétention d’eau par excellence. C’est également un tonique rénal, veineux et lymphatique. Elle est parfaitement indiquée en cas de rétention d’eau, d’œdèmes, de problèmes de cellulite ou d’infection urinaire. Contre-indications : le premier trimestre de la grossesse, enfant de moins de 3 ans (la voie orale n’est pas conseillée chez la femme enceinte, allaitante et chez les enfants de moins de 12 ans sans suivi médical), lors d’antécédents de pathologies rénales (uniquement sur conseils et suivi d’un médecin ou aromathérapeute).

On peut aussi mentionner l’huile essentielle de céleri qui est un bon diurétique.

Chaque matin (ou presque), buvez cette formule aroma!

Je vous propose un mélange par voie orale à base uniquement d’hydrolats. Les hydrolats (HA) sont l’eau de distillation des huiles essentielles.

Ils sont très intéressants, car ils sont riches en molécules aromatiques autant hydrophiles que lipophiles, mais en concentrations bien plus faibles.

Ils ne présentent donc pas les mêmes précautions et contre-indications que les huiles essentielles. Ils sont parfaits pour un traitement de fond, en prévention, sur du long terme.

Formule « drainante et circulatoire » :

  • HA Genévrier (Juniperus communis) 100 ml
  • HA Cyprès (Cupresus sempervirens) 70 ml
  • HA Menthe poivrée (Mentha piperita) 50 ml
  • HA Immortelle (Helichrysum italicum) 30 ml

Dans un flacon de 250 ml, mélangez les hydrolats dans les proportions indiquées ci-dessus. Contre-indications : pas sans avis médical chez la femme enceinte et chez les enfants de moins de 12 ans.

Utilisation:

Avaler une cuillerée à soupe du mélange diluée dans un grand verre d’eau le matin. À prendre pendant au moins 4 mois de suite, à commencer un mois avant les grandes chaleurs. S’il y a un traitement médicamenteux prescrit par le médecin, il faut en parler avec lui avant de prendre ce mélange. Ce mélange ne remplace en aucun cas le traitement prescrit par le médecin !

Conservation:

Au réfrigérateur pendant 30 jours.

 

À chaque trouble, sa formule aroma

1. « Jambes légères »

Mélange à 15 % d’huiles essentielles :
– HE Bois de Hô (Cinnamomum camphora linalol) 50 gouttes
– HE Patchouli (Pogostemon cablin) 20 gouttes
– HE Genévrier (Juniperus communis) 35 gouttes
– HE Cyprès (Cupressussempervirens) ou HE lentisque pistachier (Pistacia lentiscus) 35 gouttes
– HE Menthe poivrée (Mentha piperita) 10 gouttes
– Huile Végétale (HV) Pépins de raisin.

En massage des jambes, partez des chevilles et remontez vers le haut des jambes. Répétez le matin, en n de journée et au coucher.

2. Adieu varices disgracieuses

Mélange à 15 % d’huiles essentielles :
– HE Niaouli (Melaleuca quinquernifolia) 40 gouttes
– HE Romarin 1.8-cinéol (Rosmarinus off. cinéole) 40 gouttes
– HE Ciste (Cistus communis) 30 gouttes
– HE Immortelle (Helichrysum italicum) 30 gouttes
– HE Menthe poivrée (Mentha piperita) 10 gouttes
– HV Macadamia

En massage des jambes, en partant des chevilles et en remontant vers le haut des jambes, 2 à 3 fois par jour.

3. Fini la rétention d’eau

Mélange à 15 % d’huiles essentielles :
– HE Genévrier (Juniperu communis) 60 gouttes
– HE Patchouli (Pogostemon cablin) 30 gouttes
– HE Niaouli (Melaleuca quinquernifolia) 30 gouttes
– HE Cyprès (Cupressussempervirens) ou HE Lentisque pistachier (Pistacia lentiscus) 30 gouttes
– HV Macadamia

En massage des jambes, en partant des chevilles et en remontant vers le haut des jambes, 2 à 3 fois par jour.

4. N’ayez plus peur d’aller aux toilettes

Les hémorroïdes sont des dilatations anormales des veines au niveau anal. Les symptômes sont des démangeaisons, des douleurs et des saignements pendant ou après être allé à la selle. Parfois, une grosseur anale est perceptible.

Mélange à 10 % d’huiles essentielles :
– HE Niaouli(Melaleucaquinquernifolia) 30gouttes
– HE Lentisque pistachier (Pistacia lentiscus) 30 gouttes
– HE Ciste (Cistus communis) 20 gouttes
– HE Immortelle (Helichrysum italicum) 10 gouttes
– HE Menthe poivrée (Mentha piperita) 5 gouttes
– HE Lavande aspic (Lavandula spica) 5 gouttes
– HV Macadamia

En application locale après être allé à la selle, entre 4 à 6 fois par jour. Pour lutter contre les hémorroïdes, il faut aussi réguler la constipation (en consommant du son de blé), bien s’hydrater, pratiquer une activité physique régulière, renforcer son système veineux, éviter les aliments déclencheurs comme le piment, l’alcool ou trop de thé ou de café.

5. Réchauffez vos mains glacées

La maladie de Raynaud est un trouble de la circulation sanguine qui affecte les doigts, plus rarement les orteils. Le froid et l’humidité déclenchent une contraction prolongée (de quelques minutes jusqu’à plusieurs heures) des vaisseaux sanguins et provoque ainsi pâleur, froideur et perte de sensibilité. Puis, lorsque la vascularisation revient, cyanose, rougeurs et douleurs apparaissent. Dans la majorité des cas, c’est un simple symptôme sans aucune gravité, mais parfois, c’est le signe d’une maladie sous-jacente (auto-immune ou non).

Mélange à 15 % d’huiles essentielles :
– HE Petit grain bigarade (Citrus aurantium amara) 30 gouttes
– HE Immortelle (Helichrysum italicum) 30 gouttes
– HE Géranium rosat (Pelargonium graveolens) 30 gouttes
– HE Romarin 1.8-cinéol (Rosmarinus 1.8-cinéol) 30 gouttes
– HE Poivre noir (Piper nigrum) 30 gouttes
– HV Sésame

En massage des mains et des doigts (massage circulaire doux en partant des paumes des mains en direction des doigts et en revenant) 3 à 4 fois par jour lors de crises.

6. Prenez l’avion l’esprit serein

Mélange à 15 % d’huiles essentielles :
– HE Niaouli (Melaleuca quinquernifolia) 40 gouttes
– HE Romarin 1.8-cinéol (Rosmarinus off. Cinéol) 30 gouttes
– HE Lentisque pistachier (Pistacia lentiscus) 30 gouttes
– HE Immortelle (Helichrysum italicum) 30 gouttes
– HE Lavande vraie (Lavandula vera) 20 gouttes
– HV Macadamia

En massage des jambes (en partant des chevilles et en remontant vers le haut des jambes), 2 fois en l’espace d’une heure avant de mettre les bas de
contention et de monter dans l’avion, puis encore 2 fois (toujours en l’espace d’une heure) après être descendu de l’avion et d’avoir enlevé les bas de contention.

N’oubliez pas de porter des bas de contention et de vous lever pour marcher toutes les heures en faisant des mouvements de flexion et d’extension. Boire régulièrement de l’eau et éviter la consommation d’alcool.

Réalisation de vos huiles de massage

Dans des flacons de 50 ml, ajoutez les huiles essentielles dans les proportions indiquées ci-dessus, et complétez avec de l’huile végétale de pépins de raisin (huile rafraîchissante), de macadamia ou de sésame.

Contre-indications : pas chez la femme enceinte, prudence lors de l’allaitement, pas chez les enfants de moins de 12 ans, ni chez les personnes polymédicamentées et épileptiques. Ne pas utiliser sans avis médical chez les personnes sous anti- coagulants oraux. Important : pour toutes les formules, après 3 semaines d’application, faire une pause de 7 jours.

Vanessa Périnat Bard

 

Précautions d’emploi : ces huiles essentielles sont déconseillées en cas d’allergie connue à l’une d’entre elles, d’asthme, d’épilepsie, de peau lésée en cas d’application locale. Tenez bien compte des contre‐indications et en cas de doute, demandez conseil à votre médecin ou prenez contact avec moi‐même.

Retrouvez les articles de Vanessa Périnat Bard dans la revue Santé Corps Esprit des éditions Biosanté